Baladodiffusion : Le futur dans votre assiette

Transcription

Le futur dans votre assiette
Cindy : Bonjour, mon nom est Cindy, je suis bibliothécaire à la bibliothèque publique d’Ottawa. Récemment, nous avons eu le plaisir de discuter avec Corey Ellis président d’Enactus Ottawa, un groupe d’étudiant qui a pour but de développer es entreprises sociales. Corey nous a parlé de son projet Growcer qui propose une solution novatrice pour permettre la croissance d’aliments frais à coût abordable dans les régions arctiques.
Corey Ellis : Mon nom c’est Corey Ellis, je suis cofondateur de Growcer et puis président aussi d’un groupe étudiant qui s’appelle Enactus à l’université d’Ottawa. Enactus c’est un groupe d’étudiants avec le but de créer des entreprises sociales qui adressent des problèmes sociétales, fait que ce qu’on crée c’est des entreprises qui sont dirigées entièrement par des étudiants. On rassemble à peu près 120 étudiants de sept facultés à l’université d’Ottawa et puis ça nous permet d’avoir un groupe vraiment interdisciplinaire qui travaille sur des projets d’envergure sociale ou environnementale puis notre but c’est vraiment de créer des projets qui sont entièrement autofinancés.
The Growcer est venu d’un voyage à Iqaluit au Nunavut, il y a à peu près deux ans et demi, et puis on est allé là et on donnait des ateliers en entreprenariat et puis ce qu’on a réalisé en parlant aux gens là-bas c’est qu’il y avait vraiment plusieurs problèmes systémiques que la communauté avait, faisait face et puis un de ces problèmes c’était la sécurité alimentaire. Donc ce qu’on a fait c’est un projet qui permet la production locale de produits frais, de légumes et puis où on est rendu c’est qu’on à un système qui est construit dans des conteneurs marins qui permet la production d’à peu prés 5 tonnes de produits frais chaque année dans des températures d’aussi froide que -55. Puis le modèle d’affaires qu’on a adopté avec ce projet là c’est que les communautés locales appartiennent le système et puis opèrent toute l’entreprise. En tant qu’’entreprise locale pour engager des gens pour que les profits soient réinvestis dans la communauté et puis ce qu’on veut vraiment voir c’est un peu une opportunité pour les communautés locales de décider ce qu’ils veulent faire avec leur système, leur « food system » leur système de nourriture.
Fait que le système Growcer à l’intérieur ça l’air un peu comme une serre, mais il n’y a pas de lumière naturelle qui rentre, en fait c’est dans un conteneur marin. Alors on a un conteneur au complet qui est illuminé par lumière LED et puis ce qu’on fait c’est qu’on circule de l’eau qui à des nutriments dedans et puis ça permet aux plantes d’absorber les mêmes nutriments qu’ils retrouveraient dans le sol, mais par l’entremise de pompe et d’eau qui passe à travers de leurs racines, et ça ça nous permet de contrôler exactement toutes les conditions environnementales pour permettre à la croissance de plantes plus efficace possible alors on contrôle et on a un machin d’automation qui nous permet complètement d’avoir contrôle de toutes les conditions y compris la température de l’air, la température de l’eau, le CO2 dans l’air, l’humidité et puis ça ça nous permet vraiment d’avoir des conditions exactes pour permettre aux plantes de pousser le plus rapidement possible.
La construction des systèmes se déroule à Edmonton en Alberta, fait qu’on a un partenariat avec la Northern Alberta Institute of Technology, c’est une école d’apprentis et puis c’est eux qui construisent le système. On achète les conteneurs à Vancouver et puis la ça traverse le Canada pour arriver enfin à leur destination, que ce soit le port de Sainte- Catherine près de Montréal pour aller au Nunavut ou par transport aérien ou surface pour arriver à une communauté éloignée en Ontario ou au Manitoba
Présentement, on a deux projets de démonstration en Alaska avec nos partenaire, une firme qu’on a travaillé avec en Alaska. Et puis là, on commence nos premier systèmes Canadiens, fait qu’on a des systèmes qui sont planifiés pour le nord du Manitoba, le Nunavut évidement, même ici à Ottawa et puis on continue à trouver des communautés qui sont vraiment intéressées et puis qui sont excitées par l’idée de produire des produits frais dans leur communauté.