You are here

Blogueuse invitée de la BPO – Stéphanie Plante – succursale Alta Vista

This image is of OPL's guest blogger, Stephanie Plante.
02/08/2018

Stéphanie Plante est une blogueuse invitée de la BPO et une grande défenseure des bibliothèques. En 2017, elle a visité avec son fils Ian les 33 succursales de la Bibliothèque publique d’Ottawa. Découvrez la BPO grâce aux billets réguliers de Stéphanie pendant toute l’année!

Depuis son ouverture en 1976, la succursale Alta Vista a fait beaucoup d’efforts pour piquer l’intérêt des enfants et des nouveaux arrivants. Malgré tout, comme beaucoup de parents d’Ottawa, aller dans le quartier Alta Vista me rend toujours un peu nerveuse. C’est en effet là que se trouve le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO); une balade dans le coin peut donc faire ressurgir des souvenirs de fractures, d’opérations, d’IRM et de visites à l’urgence, où l’on attend patiemment entre parents inquiets. Tout parent redoute une visite au CHEO, mais se réjouit secrètement de son existence : si votre enfant souffre, il n’y a pas meilleurs spécialistes, infirmiers et médecins que là-bas pour prendre soin de votre trésor.

Chaque fois que nous sommes allés au CHEO, nous y avons apporté un sac à dos rempli de livres. Pas seulement pour passer le temps, mais aussi pour engager la conversation avec d’autres parents inquiets, en faire don à de prochains patients, et soulager notre bibliothèque surchargée. Aller au CHEO n’est jamais une partie de plaisir, mais nous essayons d’adoucir cette expérience grâce à notre sac de livres. J’ai donc été absolument ravie de découvrir la « Bouquinerie » de l’Association des amis de la Bibliothèque publique d’Ottawa (AABPO) à la succursale Alta Vista. À l’époque, j’avais écrit sur Twitter que c’était absolument génial, car il y avait des rangées et des rangées de livres à vendre, toutes les recettes étant reversées pour une bonne cause : livres de cuisine (lire mon billet précédent sur mon obsession pour les livres de recettes), littérature jeunesse, ouvrages en langue étrangère (notamment en français) et livres n’ayant jamais été ouverts… Au total, nos achats à la Bouquinerie de la succursale Alta Vista nous coûtèrent 6 $.

Si les bienfaits de la lecture ne sont plus à démontrer, l’un des principaux obstacles à l’alphabétisation dans les familles, c’est l’accès aux livres. La Bibliothèque publique d’Ottawa a beaucoup fait à cet égard en adaptant les frais de retard et en proposant de nombreux avantages aux enfants – notamment des cartes de Bibliothèque spécialement pour eux –, mais il reste que les familles en difficulté n’ont pas toujours la possibilité d’aller régulièrement à la bibliothèque et que bon nombre n’ont pas accès au transport en commun pour s’y rendre. En outre, les écoles ne peuvent souvent pas organiser de visites scolaires en raison du manque de bénévoles ou d’employés; à l’école de mon fils, la bibliothèque a dû être transformée en salle de classe à cause des effectifs surchargés. Chez les nouveaux arrivants et les résidents moins fortunés d’Ottawa, le fait de posséder des livres leur permet de les lire encore et encore, ce qui favorise l’alphabétisation. Les enfants qui possèdent leurs propres livres sont mieux préparés à la scolarisation et ont de meilleurs résultats scolaires. Relire plusieurs fois un ouvrage les aide à intégrer les structures de la langue, en particulier s’ils sont issus d’une famille où l’on ne parle pas régulièrement anglais ou français. Centraide rapporte qu’un enfant sur sept à Ottawa vit dans la pauvreté, une preuve de plus de l’importance de la Bouquinerie à la succursale Alta Vista.

Alors si pour une raison ou une autre vous passez par le quartier Alta Vista, arrêtez-vous un moment à la fantastique succursale de la Bibliothèque – peut-être trouverez-vous votre bonheur à la Bouquinerie? Vous ferez du même coup un beau geste, pour trois fois rien.

Commentaires

... and congratulations for writing this blog with the great yet simple ideas it contains. Thanks again.