You are here

Des auteures Canadiennes d’origine antillaise honorées sur la scène internationale

A cup of coffee aside a blocknote and a pencil on a white table

2021-05-08

Deux écrivaines canadiennes d’origine antillaise établies en Ontario ont récemment été honorées sur la scène internationale; il s’agit de Dionne Brand et de Canisia Lubrin. C’est le moment de les découvrir, si ce n’est déjà fait, en empruntant leurs oeuvres à la bibliothèque (il est à noter que leurs œuvres sont en anglais et n’ont pas été traduites en français.)

Brand est née à Trinité-et-Tobago et a déménagé à Toronto dans les années 70. Elle remporte des prix littéraires canadiens depuis la fin des années 90 en tant que romancière, poète et essayiste, et est membre de l’Ordre du Canada. Son roman publié en 2018, Theory, a récemment remporté le Prix Windham-Campbell de l’Université Yale... ce qui nous apporte à parler de Canisia Lubrin, qui a elle aussi remporté ce prix cette année, dans la catégorie Poetry. 

L’oeuvre poétique de Canisia Lubrin The Dyzgraphxst a non seulement remporté le Prix Windham-Campbell, mais également le Prix OCM Bocas, un prix international majeur qui honore les écrivains d’origine antillaise. La Bibliothèque publique d’Ottawa possède également son recueil de poésie Voodoo Hypothesis, duquel CBC Books a dit qu’il était l’un des meilleurs livres de poésie canadien paru en 2017. 

Originaire de l’île de Sainte-Lucie, Lubrin, qui vit maintenant à Whitby en Ontario, est très impliquée dans le monde littéraire et a récemment été nommée éditrice pour le département Poésie de la célèbre maison d’édition McClelland & Stewart. Fait intéressant, la personne précédente ayant occupé ce poste fut... Dionne Brand. 

Comme quoi le monde est petit!