You are here

Expériences BPO - Blogueuse invitée : Julie

05/09/2019

La Bibliothèque publique d’Ottawa sert la totalité de la ville d’Ottawa. Notre clientèle est donc diversifiée : tous les clients interagissent avec la BPO d’après leurs propres expériences, ce qui influence la façon dont ils utilisent les services et ce qu’ils pensent de la bibliothèque. Dans cette série, la BPO demande à ses clients de s’interroger sur leur relation avec elle – pourquoi visitent-ils la BPO, pourquoi est-elle importante pour eux et les communautés, quels changements prévoient-ils pour elle? Pour lire le billet précédent, cliquez ici. Julie répond ici à cette question : quelle est votre expérience avec la BPO?

Demandez à mes amis de nommer un des endroits où je passe mon temps libre à chaque semaine et ils vous répondront sans hésiter « la bibliothèque »! À vrai dire, c’est un des rituels de ma semaine d’aller à la bibliothèque pour ramasser des livres et ensuite passer mon samedi matin à boire un café sur une terrasse, tout en dévorant le roman qui se trouve dans mes mains.

 

Or, quand j’y pense, la bibliothèque occupe une place importante dans ma vie depuis ma petite enfance. En ouvrant la porte à mes souvenirs, je peux voir mes parents emmener ma sœur et moi visiter le « monde des livres ». Je n’ai jamais réalisé à quel point cela a façonné mon existence jusqu’à ce qu’un de mes amis ait commenté, « Quoi, les gens vont à la bibliothèque régulièrement? J’ai jamais fait ça de ma vie!».

 

Vous pouvez imaginer comment émotionnelle et viscérale était ma réaction suite à ce commentaire…En réalité, j’étais profondément triste pour lui! J’explique…j’étais peinée pour lui parce qu’en ne visitant pas la bibliothèque, il a manqué à un buffet de connaissances sur la condition humaine. Plus précisément, il n’a jamais bouffé de l’art des perspectives, n’a jamais bu de la psychologie des personnages et n’a peut-être jamais connu le plaisir de discuter de questions existentielles pendant un tel repas intellectuel!

 

Désolée, je m’emporte un peu trop! En revanche, si cette allégorie est trop profonde ou dramatique à votre goût…permettez-moi de changer de cap un peu. La bibliothèque m’a toujours semblé être en quelque sorte un lieu magique parce qu’elle m’a fourni des outils d’accès à d’innombrables sources d’informations scientifiques fiables. De plus, elle m’a aussi permise de développer ma passion pour la lecture de romans, surtout les polars/mystères et les romans d’aventure.

 

Je dois admettre que chaque œuvre que je lis, bien que fictive, me lance dans un univers parallèle qui me permet de comparer la perspective d’un autre à mon existence personnelle. Or, tout roman que je lis m’apprend encore davantage sur la condition humaine, surtout quand les personnages ne sont pas de type hollywoodien, mais réels; ayant qualités et défauts vraisemblables.

 

En même temps, tous ces mondes parallèles de fiction présentent des communautés différentes…et familières. D’ailleurs, même en lisant les romans de science-fiction, où les planètes décrites sont hors de ce monde, les défis auxquels les personnages s’affrontent et les dilemmes moraux qui déchirent leurs âmes sont tout aussi transposables à notre réalité.

 

J’ai déjà décrit ci-haut comment la bibliothèque est, à mon avis, un lieu pour se renseigner sur les autres à travers la vision d’un scribe. Or, c’est aussi un lieu de rencontre avec les autres pour faire le partage. En d’autres mots, la bibliothèque n’est pas seulement un lieu d’exploration individuelle ou d’introspection philosophique, mais c’est aussi un endroit qui permet de rencontrer de nouvelles personnes.

 

Par exemple, il n’y a pas longtemps, j’ai eu le privilège de travailler en équipe afin de faire l’animation d’un groupe de conversation pour des adultes désirant apprendre le français. À chaque semaine, nous nous rencontrions à la bibliothèque pour explorer du vocabulaire lié au thème de la semaine, ainsi que pour discuter en français de nos opinions, nos préférences et pour partager nos expériences vécues. C’était un plaisir de rire, de jaser, d’expliquer les jeux de mots, d’explorer la beauté du langage et de faire connexion entre nous!

 

Laissez-moi terminer cette réflexion sur l’importance de la bibliothèque en faisant une recommandation ou deux pour votre prochaine lecture... Sachez que je fais ceci de façon très consciente parce que cela me permet d’établir un lien de partage avec vous, tout en me permettant d’approfondir ma réflexion sur le monde  et la vision que présente l’auteur dans son roman.

 

Alors, sous ce prétexte, je vous conseille la lecture du dernier roman de Katarina Bivald, intitulé Bienvenue au motel des Pins perdus. L’œuvre est peut-être un peu longue pour certains puisqu’elle comporte plus de 550 pages, mais les personnages sont si humains, imparfaits et réels qu’ils me faisaient penser tout de suite à des gens que je connais dans la vraie vie. L’autre élément qui m’a fortement intriguée c’est le fait que la narratrice de l’histoire est déjà morte, décédée de façon tragique. À cet égard, personne ne peut être certain de la vie après la mort mais les propos, actions et inquiétudes que l’auteure attribue à la narratrice en dit long sur l’amour et l’importance des amis.

 

Étant quelqu’un qui adore les mystères, je vous recommande aussi le dernier roman de Denis Thériault, qui s’intitule Manucure. D’une longueur d’environ 250 pages, l’intrigue se déroule assez rapidement. Laetitia/Emma, personnage principal du roman, a un caractère très humain, en plus d’une habitude particulièrement bizarre! Cela étant dit, la personne coupable, ainsi que son motif, n’est évident que dans les toutes dernière pages! C’est un excellent polar avec des descriptions quasi-poétiques et une histoire qui capte bien l’attention du lecteur.

 

Pour terminer, en plus de vous recommander la lecture de ces livres, je vous souhaite une réflexion personnelle sur la condition humaine et je vous encourage de discuter de ces œuvres avec un proche. Bref, prenez le temps d’explorer le monde de la fiction (peut-être dans une bibliothèque)… avec ouverture d’esprit, avec plaisir et avec le goût d’apprendre!