You are here

Fierté dans la Capitale 2018 – Blogueur invité de la BPO – Robert Alsberry

21/08/2018

En marge des célébrations entourant la Fierté dans la Capitale 2018, la BPO a demandé à la communauté LGBTQIA2 ses recommandations d’œuvres mettant en vedette l’allosexualité dans la collection de la Bibliothèque. Robert Alsberry, IA, est marié à Martin Lee, est fièrement propriétaire d’un chat et travaille chez MAX Ottawa comme coordonnateur des communications et du travail de proximité. En plus de fréquenter la Bibliothèque, il aime discuter, faire des siestes et passer du temps en famille et entre amis.

 

Un allosexuel à la Bibliothèque!

 

Quand on me demande de me décrire, deux choses sont en haut de la liste : mon allosexualité et mon histoire d’amour avec les bibliothèques. Quand j’étais jeune, mes parents m’emmenaient aux bibliothèques Carnegie à Pittsburgh, ma ville natale. Les bibliothèques ont toujours été un endroit merveilleux pour moi. Ce sont elles qui ont su m’accompagner à toutes les étapes de ma vie. Les œuvres de James Baldwin, Larry Kramer, Alice Walker et plusieurs autres m’ont rendu la tâche vraiment plus facile quand est venu le temps d’affirmer mon identité, à la fin de mon adolescence. Et c’est grâce aux bibliothèques que j’ai pu les découvrir.

Il y a deux ans, quand j’ai déménagé à Ottawa pour rejoindre mon partenaire, une des premières choses que j’ai faites a été de me rendre à la Bibliothèque publique d’Ottawa (BPO). Encore aujourd’hui, les ressources de la BPO m’impressionnent par leur étonnante quantité et leur grande qualité. Je suis toujours surpris quand quelqu’un me dit qu’il n’est pas abonné ou que pour lui, la BPO se résume à des livres et à des périodiques! Je n’hésite pas à mettre mon chapeau d’ambassadeur pour lui faire comprendre que la BPO offre beaucoup plus que ça! Des services de lecture en continu aux modules d’apprentissage en ligne pour les adultes, en passant par les cours et les ateliers gratuits, et j’en passe… Comment ne peut-on pas aimer?!

Pour l’homme noir américain et allosexuel que je suis, la représentation de l’histoire des noirs canadiens et les œuvres d’allosexuels de couleur sont souvent des perles cachées à la BPO. Je suis passé d’une ville où les bibliothèques dédient des sections entières à l’histoire afro-américaine et allosexuelle à une autre où les œuvres de ce genre se font rares : c’était tout un changement. Je ne suis toutefois pas quelqu’un qui se laisse abattre facilement! Grâce à l’onglet de recherche avancée sur le site Web de la BPO, j’ai pu dénicher des œuvres formidables qui ont été pour moi une source de motivation et d’inspiration.

Ce qui m’amène à un autre sujet qui me tient à cœur : la Fierté. Avant de parler de ce que la Fierté signifie pour moi, j’aimerais souligner que je suis conscient des nombreux problèmes la concernant. Des critiques, qui m’apparaissent fondées, fusent de part et d’autre notamment sur son accessibilité restreinte, sur la sous-représentation des minorités et sur sa nature festive, pouvant parfois éclipser le militantisme qui s’impose encore aujourd’hui dans la communauté allosexuelle et au-delà. D’un autre côté, je suis conscient de tout le travail qu’ont accompli et continuent d’accomplir tant de ténors de la communauté allosexuelle pour s’assurer que la Fierté mérite d’être célébrée. Je travaille présentement chez MAX Ottawa, le premier organisme pour la santé des hommes GBT2Q indépendant en Ontario. Mon rôle d’organisateur me permet vraiment de voir et d’apprécier l’événement d’une tout autre manière. Tout ça pour dire que je crois qu’il est important de trouver des moyens de s’approprier la Fierté.

Et comment je me l’approprie, justement? Oui, j’adore le calme de la bibliothèque, mais j’aime aussi les interactions sociales! La Fierté est un bon moment pour sortir avec la communauté, faire la fête avec des amis et s’en faire de nouveaux. C’est aussi le bon moment pour en apprendre plus sur l’histoire et l’art allosexuels et y réfléchir. Ça va peut-être vous sembler bizarre, mais parler de la Fierté me donne envie de ne faire qu’une chose : aller à la bibliothèque!

J’aimerais maintenant parler des trois œuvres marquantes que la BPO m’a fait découvrir. Un des premiers livres que j’ai empruntés à la bibliothèque d’Ottawa a été James Baldwin: The Last Interview and Other Conversations, publié par Melville House en 2014. Comme plusieurs, Baldwin a été une grande inspiration pour moi, et son livre m’a fait l’effet d’une décharge. Les entrevues m’ont vraiment permis de connaître Baldwin d’une manière plus intime. Je pense surtout au dialogue entre Baldwin et Richard Goldstein en 1984 pour The Village Voice sur le fait d’être homosexuel et noir aux États-Unis, qui est toujours aussi pertinent aujourd’hui et que j’ai pu appliquer à mon expérience au Canada.

Le deuxième sur ma liste est le premier tome de Queer and Trans Artists of Color de Nia King, sorti en 2014. Comme mon premier choix, ce livre est une collection d’entrevues qui m’ont conquis. Nia King explore l’avenir de l’art militant des allosexuels de couleur avec des invités géniaux comme Janet Mock. Ce que j’ai surtout aimé, c’est que le livre m’a fait réfléchir sur ma propre définition du militantisme. Un questionnement qui tombe à point durant la Fierté pour tous ceux qui s’identifient comme allosexuels. Il y a aussi un deuxième tome, que je me dois de lire, et Nia King en est à pondre le troisième!

Ma dernière suggestion, mais non la moindre : Eat With Me, un film indépendant de 2015 produit par Wolfe Video. Je suis tombé dessus en cherchant un film allosexuel qui ne mettait pas en vedette un homme blanc. On peut voir à l’écran Sharon Omi, Teddy Chen et George Takei. Je ne vous mentirai pas : ce n’est pas le film du siècle. Mais c’est agréable de regarder un film avec un protagoniste sino-américain, sans compter que Sharon Omi est une excellente actrice! Ce film nous fait nous rappeler que plusieurs groupes se battent toujours pour être représentés, être entendus et pouvoir raconter leur histoire.

Anaïs Nin a écrit : « Chaque ami représente un monde en nous, un monde qui n’aurait peut-être jamais existé sans lui et que cette rencontre a rendu possible. » Au risque d’avoir l’air quétaine, la bibliothèque est cette amie pour moi. Elle est et restera un sentier de découvertes, une voix pour les personnes comme moi. En route vers la célébration de la Fierté à Ottawa, j’ai hâte d’afficher fièrement mon allosexualité et de clamer haut et fort mon amour pour la Bibliothèque!

 

 

Image: James Baldwin

James Baldwin

The Last Interview and Other Conversations
By Baldwin, James
Image: Queer and Trans Artists of Color

Queer and Trans Artists of Color

Stories of Some of Our Lives
By King, Nia