Services sans contact à l'intérieur à compter du 14 juin

11/06/2021

À compter du 14 juin 2021, il y aura des services sans contact à l'intérieur de la plupart des succursales, avec des limites de capacité. Cela signifie que :

  • Les articles demandés peuvent être récupérés sur les étagères et empruntés aux postes de prêt libre-service.
  • Les emprunts peuvent être retournés à tout moment dans les postes de retour.
  • L'accès aux PC, aux Chromebooks et à l'impression est permis, là où ils sont disponibles.
  • Les heures d'ouverture restent les mêmes, sauf à Osgoode.
  • Le port du masque reste obligatoire à l'intérieur et à l'extérieur dans la file d'attente.

Consultez la page Services offerts actuellement en succursale pour les détails.

 

You are here

Nos récits : Club de lecture autochtone – Discussion avec Jesse Rae Archibald-Barber

blue green bubbles and title
10/02/2021

 

Joignez-vous à nous lors de cette discussion virtuelle en direct avec l’éditeur et auteur Jesse Rae Archibald-Barber (Métis, Cri, Écossais et Allemand) qui conversera avec la metteure en scène, productrice et dramaturge Yvette Nolan (Algonquine). Nous reviendrons sur notre lecture du mois de février Performing Turtle Island: Indigenous Theatre on the World Stage de Jesse Rae Archibald-Barber (éditeur), Kathleen Irwin (éditrice) et Moira J. Day (éditrice). La séance sera diffusée en direct sur Facebook.

Inscrivez-vous pour recevoir des rappels et le lien vers la diffusion Facebook Live.

Connectez-vous et commentez les questions de réflexion ci-dessous. Libre à vous de discuter et de partager vos impressions à propos du livre au fil du mois! Les questions de réflexion seront aussi présentées dans l’événement Facebook du CNA.

Empruntez le livre de la Bibliothèque ou procurez-vous un exemplaire auprès d’une librairie autochtone.

*Veuillez noter que ce livre est uniquement offert en anglais.

*Veuillez noter que cette conversation se déroulera en anglais seulement.

 

Nos histoires : Club de lecture autochtone est le fruit d’un partenariat entre le Théâtre autochtone du Centre national des Arts et la Bibliothèque publique d’Ottawa.

Avec le soutien de :

  • les responsables du programme autochtone du Centre national des Arts – la Slaight Family Foundation et La promesse TD Prêts à agir;
  • l’Association des amis de la Bibliothèque publique d’Ottawa (la BPO).

L’œuvre

Faisant suite au rapport final de la Commission de vérité et réconciliation, Performing Turtle Island explore le théâtre comme outil de participation communautaire, d’éducation et de résistance.

Partant du principe que les cultures autochtones sont des sources essentielles de savoir et de sens, chaque essai traite d’enjeux nous rappelant que la voie de la réconciliation entre les Canadiens et les Autochtones ne sera ni directe ni simple. Réunissant des perspectives diverses et multidisciplinaires, Performing Turtle Island présente l’interprétation comme une façon d’accéder à l’autonomisation et à l’autodétermination, de même qu’une manière de mettre l’interprétation autochtone en miroir avec les autres nations, non seulement sur l’île de la Tortue, mais également sur la scène internationale.

À propos des éditeurs

Jesse Rae Archibald-Barber est originaire d’oskana kâ-asastêki et professeur agrégé en littérature autochtone à l’Université des Premières Nations du Canada de Regina. Il est l’éditeur de Kisiskâciwan: Indigenous Voices from Where the River Flows Swiftly et l’auteur et réalisateur du projet Making Treaty 4.

Kathleen Irwin est doyenne associée des études de cycles supérieurs et de la recherche à la faculté des médias, des arts et de la performance de l’Université de Regina.

Moira J. Day est professeure de théâtre à l’Université de Saskatchewan, où elle est également membre associée du programme d’études des femmes et des genres, de même que du département des études classiques, médiévales et de la Renaissance. Elle habite à Edmonton.

 

Questions à méditer – Performing Turtle Island : Le théâtre autochtone sur la scène mondiale

 

  1. Avez-vous assisté à du théâtre autochtone? Quelle a été votre première expérience des arts vivants autochtones?

 

  1. Dans l’introduction, le directeur et les directrices de la rédaction demandent de réfléchir aux points suivants : « 1) comment les communautés autochtones et non-autochtones s’adaptent aux récentes transformations, 2) la façon dont nous intégrons les nouveaux arrivants dans notre discours (dé)colonial particulier, et 3) les formes esthétiques utilisées pour témoigner de l’évolution de nos perceptions du territoire, de la communauté et de l’histoire, à l’intérieur des frontières conceptuelles qu’on nomme… le Canada. » Quelles réflexions vous inspirent ces considérations, après avoir lu le livre?

 

  1. Vous êtes-vous demandé sous quel angle vous abordiez les œuvres autochtones? En quoi cela influence-t-il votre expérience de l’œuvre?

 

  1. Michael Greyeyes évoque, en tant qu’artiste autochtone, son « malaise face aux films d’époque », qui dépeignent les communautés autochtones comme des entités monolithiques. Vous souvenez-vous d’une prestation hors du commun, à l’écran ou sur scène, dans laquelle vous avez vu un personnage autochtone dépeint de façon subtile, comme un être complexe doté de sa culture propre?

 

  1. Spy Dénommé-Welse et Catherine Magowan écrivent : « Beaucoup d’organisation établies dans le monde des arts et de la culture au pays ont été fondées à une époque où les pratiques culturelles autochtones étaient prohibées, et les Autochtones n’avaient pas encore le droit de vote. » À la lumière de la scène artistique d’aujourd’hui, quels changements positifs ont été apportés en vue d’intégrer la pédagogie et les méthodes de travail autochtones, et que reste-t-il à faire dans ce sens?

 

  1. Carol Greyeyes utilise le ballot (qui peut renfermer « de simples articles d’usage courant » ou « une collection d’objets spéciaux, rassemblés au fil des générations pour servir aux cérémonies ou à la guérison ») comme moyen de transmettre les valeurs et les leçons qu’elle apporte à sa pratique d’enseignement du théâtre. Que mettriez-vous dans votre propre ballot pour communiquer vos valeurs et votre situation présente?

 

  1. Dans un échange avec Daniel David Moses, Annie Smith demande : « Pourquoi n’accordons-nous de la valeur qu’aux œuvres produites par le théâtre professionnel? Les productions étudiantes et communautaires ne sont-elles pas aussi importantes, sinon plus? » Quelle est votre opinion sur ces questions?

 

  1. Yvette Nolan se remémore une représentation de The Ecstasy of Rita Joe en ces termes : « J’ai vu, pour la première fois, mon passé et notre histoire sur scène. » Y a-t-il un morceau de musique, un écrit, un spectacle ou une citation qui vous a interpellé(e) et vous a donné le sentiment d’être vu(e) ou représenté(e)?

 

  1. De quelle façon les écrivains et les artistes autochtones s’y prennent-ils pour subvertir le biais ethnographique du colonisateur dans leurs œuvres?

 

  1. Après avoir lu Performing Turtle Island, y a-t-il des spectacles autochtones auxquels vous avez assisté dans le passé et que vous percevez différemment, après mûre réflexion?